Skip to content

Gabrielle Petit : NATION a-t’il réveillé son souvenir ?

En ce 1er avril, date anniversaire de la mort de Gabrielle Petit (résistante belge fusillée en 1916), une petite délégation du Cercle Féminin de NATION  qui se dénomme justement « Gabrielle Petit » s’est rendue devant la statue de la patriote pour y déposer un bouquet de fleurs.

A noter qu’alors que l’année passée, on y avait pas vu de fleurs; cette année on trouvait des couronnes venant de la ville de Bruxelles, de Charleroi, de la part de Didier Reynders, d’une association d’anciens combattants britanniques, etc…

On peut se demander si ce regain d’intérêt n’a pas été provoqué par le fait que justement, notre Cercle Féminin, a repris ce nom. Voici quelques mois, le Soir s’était même fendu d’un article larmoyant pour dénoncer cette « récupération ».

En tous les cas, si c’est cela qui a poussé nos autorités à se souvenir de Gabrielle Petit, nous en sommes particulièrement satisfaites !

 

 

Publicités

L’excision, barbarie d’un autre âge !

Depuis des années, l’ONU et d’autres organisations se battent pour enfin rayer de la terre, cette pratique de mutilation génitale des petites filles.

Car cet acte que l’on dit « religieux » ou « traditionnel », n’en reste pas moins un acte barbare d’un autre âge, qui comporte de nombreux désagréments pour les futures jeunes femmes et lorsqu’elles seront en âge de donner la vie.

En effet, avec cette mutilation, ils abîment la nature même de la petite fille. Les risques qu’encourent ces très nombreuses fillettes, adolescentes sont importants car cela peut entraîner des hémorragies, des infections génitales, infertilité et même la mort !

 Nous, femmes d’Europe, femmes d’aujourd’hui, condamnons ces pratiques insensées, ces pratiques sorties droit de l’imagination d’un homme, qui par peur de ce qu’il ne connaît pas et par ce qu’il considère comme sa propriété fait subir un cauchemar à des milliers de fillettes dans le monde entier.

Pourquoi, l’homme devrait-il changer la nature de la femme alors que c’est Dieu, lui-même, qui l’a créée ainsi faite ?

Voici un article, paru dans le Vif, que j’ai trouvé fort intéressant, qui peut, peut-être, à nous aider à mieux comprendre ce qui se cache derrière cette « tradition » encore trop souvent pratiquée dans le monde musulman.

Line

L’excision, cauchemar des fillettes en Indonésie

 

Où qu’elle soit, toute femme a besoin d’un peu de confort !

Le Cercle Féminin de NATION a décidé d’aider à l’organisation des Maraudes sociales organisées par NATION et l’association « Pour les Nôtres » en ajoutant du matériel pouvant aider les femmes qui se retrouveraient SDF.

En effet, si comme pour les hommes, des vêtements et de la soupe chaude sont indispensables; les femmes qui malheureusement se retrouvent à la rue n’en restent pas moins des femmes et ont également besoin des besoins spécifiques.

C’est ainsi que notre Cercle Féminin a préparé des paquets pour aider les femmes lors de leurs menstruations. Paquets qui contiennent divers produits d’hygiène intime et de protection.

Essayer d’aider à résoudre ce problème, c’est être bien plus en prise avec le concret et le réel que ces soi-disant féministes de gauche, petites bourgeoises qui n’ont jamais aidée un SDF de leur vie…

Où qu’elle soit, toute femme a besoin d’un peu de confort !

photo-0871

Où qu’elle soit, toute femme a besoin d’un peu de confort !

A NATION, les femmes sont sur le terrain, aussi pour aider les défavorisés.

Saint Nicolas de NATION très réussie !

Ce samedi 3 décembre, une trentaine de personnes sont venues fêter Saint-Nicolas à NATION, dans une activité organisée par le Cercle Féminin « Gabrielle Petit ».

Grâce au Grand Saint, les enfants des membres ont reçu des livres à colorier, des petits colis de bonbons, des crêpes faites maison avec du chocolat chaud …

A noter que certains « grands enfants » ont aussi profité de la fête qui, comme d’habitude, s’est passée dans une bonne ambiance !

Hommage au COURAGE féminin !

Admirative depuis toujours du courage que les femmes peuvent montrer dans chaque situation et sur tous les terrains surtout lorsqu’ils sont longs et pénibles.

Je veux rendre hommage à:

A vous qui prenez soin de votre famille, vous qui vous vous oubliez bien trop souvent en faisant passer le bien-être de vos enfants, de votre mari/conjoint avant le vôtre.

A vous qui gérez d’une main de maître votre vie professionnelle et privée.

A vous dont l’absence peut vite désorienter vos proches.

A vous dont vous voir gérer votre ménage donne l’impression que c’est « tellement facile » de maintenir la maison propre et en ordre.

A votre patience qui parfois peut être mise à rude épreuve.

A votre écoute et compréhension qui peuvent être les meilleurs remèdes lors de moments difficiles.

A vous qui, pour certaines, devez être « une maman et un papa » à la fois car de plus en plus la vie fait qu’on se retrouve seule à assumer l’éducation et subvenir aux besoins des enfants.

A vous qui, sous d’autres latitudes, devez sacrifier votre enfance pour aider vos parents.

A vous qui faites tout ça, malgré la souffrance, malgré la fatigue, malgré une certaine lassitude, malgré les difficultés diverses et variées.

A vous qui continuez malgré tout à vous battre envers et contre tout.

A vous qui faites de votre mieux, avec les moyens que vous avez.

A vous qui rêvez d’un bien meilleur avenir pour l’Humanité, à commencer par celui de votre peuple.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, je veux vous dire MERCI !
Car, grâce à votre courage, nous pourrons continuer à bâtir un monde où il fera bon vivre.

Et plus que jamais BRAVO à vous toutes Mesdames !!!

Line

dessin-visages-de-femmes-16

Vous ne verrez pas leurs noms dans les manuels scolaires… Et pourtant, ces 10 femmes ont révolutionné le monde des sciences !

Voici 10 femmes qui ont contribué, de manière significative, à l’avancée de la science. Pourtant, elles sont encore largement méconnues. Certaines n’ont pas pu bénéficier de la reconnaissance de leurs confrères masculins, d’autres se sont tout bonnement fait « voler » leur travail…

Nous avons voulu leur rendre cet hommage, afin qu’elles soient connues à leur juste valeur.

1. Mary Anning

(1799-1847) : Personnage fondateur de la paléontologie moderne, a découvert plusieurs espèces de dinosaures et ébranlé les thèses créationnistes.

a

Mary Anning est née dans un petit village du sud de l’Angleterre. Lorsqu’elle était petite, son père vendait des fossiles aux touristes pour arrondir les fins de mois difficile. À l’époque, la paléontologie n’existait pas encore vraiment en tant que science, les fossiles attiraient surtout les curieux et les collectionneurs. Lorsque son père meurt de la tuberculose, sa famille se retrouve sans ressources et elle se met à chercher des fossiles à plein-temps pour rapporter un peu d’argent. C’est ainsi qu’âgée de seulement 12 ans, elle découvre le tout premier squelette entier d’ichtyosaure, découverte majeure qui attirera fortement l’attention des scientifiques.

Petit à petit, la recherche de fossiles se professionnalise, Mary ne vend plus ses fossiles aux touristes : ses principaux clients sont des scientifiques, ce qui fait d’elle une des toutes premières paléontologues. Quelques années plus tard, elle découvre une toute nouvelle espèce de dinosaure marin, le plésiosaure. Elle découvrira aussi l’un des premiers squelettes complets de ptérodactyle. C’est notamment grâce à ces découvertes que les théories créationnistes quant à l’origine de la vie ont fait place au principe de l’évolution des espèces.

Tous les fossiles qu’elle trouve sont récupérés par des scientifiques afin d’être étudiés. Même si ses découvertes ont été cruciales et qu’elles ont servi de base aux scientifiques de son époque, elle n’a jamais été admise au sein des milieux scientifiques officiels, et on n’a jamais cité son nom même en parlant de ses découvertes.

2. Alice Hamilton

(1869-1970) : Pionnière dans le domaine de la toxicologie, on lui doit de grandes avancées dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail.

b

Après l’obtention de son doctorat de médecine en 1893, Alice Hamilton a consacré sa vie à l’étude des conditions de travail des ouvriers, dans les entreprises et dans les usines. Elle a pointé du doigt les effets dangereux des métaux et des composés chimiques utilisés dans l’industrie sur le corps humain, tels que le plomb, le mercure, et d’autres substances toxiques.

En enquêtant sur les répercussions de ces matériaux et sur les maladies qu’ils peuvent provoquer, elle sera à l’origine d’une grande avancée au niveau des conditions de travail et de la sécurité des ouvriers en usine. Elle sera la première femme à entrer à l’Université de Harvard, en tant que professeur… Mais subira bon nombre de discriminations à cause de son sexe. Ainsi, elle sera exclue des activités sociales et de toutes les processions des hommes de l’université.

 

3. Lise Meitner

(1878-1968) : Physicienne, a découvert la fission nucléaire.

c

 

Pour lire la suite cliquer ici

Les féministes n’aiment pas… le Cercle féminin de NATION !

Dans le cadre de la campagne gauchiste dirigée contre l’APF (parti européen dont NATION fait partie), quelques féministes d’extrême-gauche ont accouché d’un texte lourd et pénible mêlant féminisme, anarchisme, révolution, « antifascisme », etc…

Dans la première partie de cette prose ennuyeuse, il est marquant que les féministes en question s’attaquent avant tout à NATION et en particulier à son Cercle Féminin « Gabrielle Petit »…C’est en effet assez curieux que des féministes soient mécontentes qu’un mouvement politique développe un cercle féminin en son sein.

En fait, elles reprochent aux femmes de NATION :

  • l’idée de complémentarité entre hommes et femmes
  • le sens du sacrifice pour la Patrie
  • la valorisation du rôle de la mère
  • d’aimer les concepts de famille et de foyer

Quel crime de défendre de telles valeurs !

On se demande bien d’ailleurs quel rôle, ces féministes voient alors pour les femmes. On en a une petite idée plus loin lorsqu’elles se mettent à défendre l’Islam et même le port du voile, pratique bien connue pour défendre le droit des femmes (sic…).

Ceci dit, tout le monde en prend pour son grade puisque ces « pasionaria » de chez Aldi s’en prennent aussi aux militants masculins d’extrême-gauche en qualifiant leur volonté d’en découdre physiquement avec « l’extrême-droite » comme, nous citons : « une valorisation de la virilité la plus conventionnelle ». Elles accusent aussi les gauchistes mâles de « perpétuer malgré tout des rapports sociaux oppressifs »…les progressistes masculins ne respecteraient-ils pas leurs petites camarades ?

Mais qu’imaginaient donc ces « talibanes du féminisme » à partir du moment où elles en sont à nier le rôle particulier qu’à la femme dans nos sociétés, à partir du moment où elles nient qu’il faut les respecter en tant qu’épouses ou mères…

Mais qu’attendre de femmes qui n’ont que le mot avortement en bouche et qui se nomment elles-mêmes dans l’article de noms particulièrement respectueux des femmes tels que meufs, gouines, etc…

feministes

Lors d’une tentative de perturber une manifestation pro-Vie ! La révolution, même féministe, n’est pas un diner de gala…

 

Hommage à Gabrielle Petit !

Ce samedi 2 avril, le Cercle Féminin du mouvement NATION a été rendre hommage à la statue de Gabrielle Petit .

En effet, ce jour était l’anniversaire des 100 ans de l’exécution de cette héroïne qui a défendu son pays.

Malgré les multiples interdictions et la présence massive de la police, les femmes de NATION, comme le reste du Mouvement, ne se laissent ni interdire, ni intimider.

 

 

Réussite du buffet organisé par le Cercle Féminin de NATION !

A l’approche de la journée de la femme de ce 8 mars, le Cercle Féminin Gabrielle Petit a organisé ce samedi un buffet où les femmes de NATION ont été mises à l’honneur et où chaque dame présente a reçu une belle rose.

Toutes et tous (car ces messieurs furent également invités) ont été ravis de cette initiative ainsi que la qualité de la nourriture.

 

Les Femmes de NATION répondent au « Soir »

D’après le journal « Le Soir », le Cercle Féminin du mouvement NATION aurait confisqué sans scrupule et sans vergogne, afin d’en utiliser la symbolique contre les étrangers, l’image et le nom de Gabrielle Petit résistante de la première guerre mondiale.

Pendant plus d’un an à la tête de son réseau, cette jeune patriote d’à peine plus de vingt ans, animée d’un idéal chrétien et patriotique et  d’une volonté de fer  renseigna les alliés sur les mouvements des troupes ennemies, faisant passer la frontière aux jeunes hommes désireux de rejoindre le front de l’Yser.

En décembre 1915 elle fut arrêtée, jugée et condamnée à mort par un tribunal militaire. Lors de son exécution à Bruxelles le premier avril 1916 elle refusa dignement qu’on lui bande les yeux. L’histoire dit que deux soldats du peloton refusèrent de tirer et furent fusillés sur le champ .

 Le 11 novembre notre Cercle rend hommage à la grande héroïne, nous déployons les couleurs nationales et celles de notre cercle, nous déposons gerbes et fleurs en son honneur …mais pour le journal « Le Soir » nous déployons des banderoles!

En se montrant insultant envers nous ce sont nos chères couleurs qu’insulte « Le Soir ».  On voit bien ici de façon claire qui sont les patriotes et qui tente d’en endosser l’uniforme mal ajusté. Sans scrupules et sans vergogne, « Le Soir » confisque le droit de juger qui sont les bons ou les mauvais patriotes et d’accuser arbitrairement notre cercle de racisme. Nous n’avons pas à répondre à de telles accusations, ni de leçon de patriotisme à recevoir de ceux là !

Son abnégation à la réalisation de son devoir, son amour pour sa famille, son peuple et sa patrie font de Gabrielle Petit, pour nous femmes du vingt et unième siècle, un magnifique exemple identitaire et solidariste !

Donner son nom à notre Cercle Féminin était pour nous une évidence !

cfn

%d blogueurs aiment cette page :